Conférence

Rencontre Questions Publiques : À force de grandir, les métropoles au risque de l’embolie?

Les métropoles ont-elles atteint leur taille critique ? Le 5 avril dernier Jean-Marc Offner nous offrait son point de vue sur la question lors d’une rencontre Questions Publiques. 

Directeur général de l’agence d’urbanisme de Bordeaux Aquitaine et auteur d’Anachronismes urbains (Presses de Sciences po, 2020), Jean-Marc Offner est spécialiste des stratégies urbaines. Pour lui, il est important de repenser la densification qui n’est pas obligatoirement une condamnation.

Un stop à la métropolisation 

La métropole n’est plus tendance et ce depuis maintenant quelques années. Nous nous trouvons plutôt dans l’ère de la démétropolisation, ère qui a été accentuée par le confinement mais également par une vision écologiste des métropoles « barbares ».

La France possède une hiérarchie urbaine très spéciale et selon Jean-Marc Offner « elle aime à croire que son pays est un territoire rural ». En effet, au niveau européen c’est un des pays les moins densifié, mais la France est évidemment un pays urbain nostalgique de son passé rural. Mais alors comment créer un équilibre entre les metropoles et ces territoires environnants ? Comment bien vivre dans nos métropoles ?

Repenser les territoires

Pendant de nombreuses années il y a eu un certain mythe de l’égalité des territoires, aujourd’hui on parle plutôt de cohésion ou d’équilibre entre les territoires. En effet, on a assisté à des développements différés et inégaux au niveau des villes et des métropoles.

Jean Marc Offner pense que cette course à la démétropolisation n’est donc peut-être pas la solution. Il est plutôt nécessaire de repenser le développement des territoires et de se focaliser sur les territoires en difficulté.  

« Les métropoles sont d’une certaine manière la traduction spatiale de l’économie globalisée de la planète. »

Pour remédier à ces inégalités il est nécessaire de ne pas penser la taille des métropoles comme problématique, mais plutôt de repenser les territoires dans leur globalité. Il n’existe pas de taille idéale des métropoles car la croissance démographique est un fait et que les métropoles vont continuer de grandir. On constate également que cette question de la taille des métropoles dépend largement des échelles et des perspectives avec lesquelles on les observe. Toutefois leur croissance n’est pas illimitée, au contraire, les ressources des métropoles sont contraintes et ne peuvent pas offrir un nombre infini d’emplois par exemple. 

L’évolution des trajectoires résidentielles attendues afin de remédier à ces inégalités est difficile voire impossible à mettre en oeuvre. Ces trajectoires sont liées à l’attractivité des métropoles qui entrainent soit une désertfication soit une surpopulation. Jean-Marc Offner précise que

« Les politiques publiques locales ne sont pas responsables de grand chose par rapport à ces grands mouvements démographiques sur sur le territoire. »

Une ouverture sur le périurbain

Il se pourrait alors que le périurbain devienne le territoire stratégique des prochaines années. La lutte contre le périurbain semble avoir échouée. Afin de ne pas tomber dans les travers que rencontrent les metropoles il est important de faire en sorte que ces territoires périurbains deviennent des territoires de développement. Ils représentent de grands enjeux notamment de services pour l’ensemble du territoire. 

Une réorganisation de la métropole

Aujourd’hui pour renouveler la métropole et revaloriser son image, les politiques publiques essayent d’adapter la mobilité et proposent la ville du quart d’heure. Or face à cela Jean-Marc Offner dénonce un dogme de la proximité : « comme si la proximité pouvait refonder les liens sociaux politiques et que tout allait se passer en bas de chez soi. Or,   nous n’avons pas inventé les villes pour que tout se passe en bas de chez soi, nous avons inventé les villes pour leur diversité. »

Jean-Marc Offner conclut qu’il faut repenser le partage de l’espace et surtout se préoccuper des transports qui sont le réel problème. « En France, nous avons tendance à nous occuper des transports collectifs et du vélo mais l’essentiel de nos transports restent la marche et la voiture.« 

Il est nécessaire de repenser les priorités afin de comprendre que la ville qui grandit n’est pas une tare mais qu’il faut savoir l’appréhender. Les pouvoirs publics doivent pour cela présenter un projet clair et motivé.

 

Pour aller plus loin 

Un article de Jean-Marc Offner dans le numéro 82 de Place Publique : La ville grossit que faire? 

Au sommaire :

  • « Quitter Nantes ? Vraiment ? »
  • « Réguler la croissance urbaine : qui peut quoi ? »
  • « Accompagner la croissance pour mieux grandir »
  • « Des métropoles en quête de relations de bon voisinage »

> Commandez le numéro : ici

Une conférence proposée par la Revue Place Publique Nantes/Saint-Nazaire et l’Institut Kervégan en partenariat avec l’Ensa Nantes. Animée par Stephane Bis et Frank Leboeuf.